Aménagement du quartier d’habitations de la Bassetière – Saint-Julien-des-Landes (85) – 2024

lieu : Saint-Julien-des-Landes (85)

partenaires : ADAUC architecture et urbanisme (mandataire), SAET VRD, ATLAM environnement & atelier matrice

maitrise d’ouvrage : commune de Saint-Julien-des-Landes

mission (maîtrise d’oeuvre) : diagnostic et enjeux, scénarii, AVP, PRO

La commune de Saint-Julien-des-Landes, à une quinzaine de minutes de la côte vendéenne, souhaite planifier son dernier quartier d’habitation en extensif de manière exemplaire. L’équipe de maîtrise d’oeuvre compose avec un certain nombre de règles du jeu :

. la préservation des haies bocagères existantes en périphérie de site et le renforcement d’une trame secondaire végétale ayant pour rôle de diversifier les strates et de créer des limites séparatives (charmilles, fascines…) ;

. l’instauration d’une Gestion Intégrée des Eaux Pluviales (GIEP) à l’échelle du quartier : infiltrer l’eau pluviale au plus près de son point de chute (sur la parcelle privée et dans les espaces publics), en maximisant les techniques alternatives de surface (jardin de pluie, arbre de pluie, noue, bassin d’infiltration, pavés à joints enherbés,…), qui seront pensés comme des aménagements simples et rustiques ;

. un espace public commun planté : cet espace peut être l’occasion d’imaginer « un jardin qui se mange » : un pré-verger qui associe des arbres fruitiers haute-tige (avec tronc développé en hauteur) et de la prairie, potentiellement exploitée extensivement avec du pâturage comme mode de gestion. Des haies de petits fruits (groseillers, cassissiers, framboisiers…) peuvent venir compléter cet espace public convivial à l’échelle du quartier et des quartiers proches ;

. une palette végétale locale avec des essences endémiques et adaptées à la nature du sol, au climat… en privilégiant une gestion facile des espaces plantés pour la commune (vivaces demandant peu d’interventions, fleurs sauvages,…). Un plan de gestion pourra être co-produit avec le service des espaces verts et l’équipe de maitrise d’œuvre afin de proposer une gestion adaptée aux moyens techniques de la commune, ceci afin d’accompagner et pérenniser le projet dans la durée ;

. un choix de matériaux privilégiant au maximum les ressources locales et durables (mobilier en bois, clôtures en châtaignier,…) avec des potentiels de ré-emploi, et dont le but sera de se fondre dans l’ambiance champêtre.